Pays : Maroc         Note: 0.0/5 (pour 0 vote)         12 chansons

Stati Abdelaziz

Chanson de Stati Abdelaziz - Ecouter Nouveau Album 2014 - paroles chanson - clip video de Stati Abdelaziz - Télécharger Mp3 gratuitement - musique Maroc -site officiel de Stati Abdelaziz -Skyblog de Stati Abdelaziz

iPod classic Maroc

Biographie de Stati Abdelaziz

Né le  : 1961
A  : El Jadida (Maroc)
Taille : 1.80 m
Poids  : 66 kg
Occupation  : Artiste
Côté cœur  : Marié

C’est à Al Aounat à quelques kilomètres de la ville d’El Jadida au Maroc, que naît en 1961, Al Arbaoui Abdelaziz, qui sera prénommé plus tard Stati, une des personnalités la plus volcanique de la chanson du chaabi marocain.
Ses parents : son père, agriculteur et sa mère, femme de foyer, lui assurent avec ses trois frères et ses cinq sœurs, une éducation très sérieuse, entre l’école, le Jamaa et le foyer.

Il quitta cependant l’école à son jeune âge, et se retrouva tout naturellement à travailler dans les champs avec son père. Abdelaziz qui n’a jamais aimé ce travail, s’endormait souvent ou s’amusait à écouter de la musique Amazigh à la radio.

Son histoire avec la musique chaabi a commencé avec son oncle Bouchaib BenRahhal décédé, chanteur populaire et violoniste qui fût le premier maître d’Abdelaziz, puisque dans ses débuts, il s’en est beaucoup inspiré.

D’ailleurs, Abdelaziz se rappelle que quand il prît pour la première fois le violon entre ses mains, il se mît à trembler et malgré une peur inexpliquée et des sueurs froides, ce fût immédiatement le coup de foudre.

Cet amour pour le violon l’a poussé, dès que l’occasion se présentait (mariage, fiançailles, circoncision, moussem, … )à assister à tout spectacle donné par les troupes locales.

C’est ainsi qu’il décida de se consacrer à la musique et plus particulièrement au violon, son instrument de prédilection.
En 1973, à l’âge de 12 ans, il monta à Casablanca avec un seul objectif : travailler pour acheter un violon.

Et c’est comme çà que le premier violon fût acheté à 350 dhs.
Quelques mois plus tard, il retourna voir ses parents ; voyage qui a coincidé avec le moussem de Sidi Ghaleb où il rencontra par hasard une troupe de Settat qui avait besoin d’un violoniste.
Il accepta, et pendant 3 jours, le public et la troupe furent séduits. Il gagna 135 dhs.
Après cet évènement, la troupe ne le lâcha plus. Il repartît donc pour Casablanca, et travailla avec cette troupe pendant plus de 4 ans, jouant ainsi les rythmes de l’époque : Aita, Marsaoui, Zaari, . . .

Au début des années 80, il écoutait et apprenait des grands de l’époque :

    -Salah Smaili
    -Assahib Ben Al Maatti
    -Moustapha Zouwak
    -Salah El Meknassi
    -M’barek Al Aouni
    -Toulati Khallouk

avec une préférence pour M’barek Al Aouni et Salah Smaili, qui avaient tous les deux marqué de leurs empreintes, la chanson Chaabi.

C’est ainsi qu’après le décès de Salah Smaili, les membres de sa troupe ont essayé plusieurs violonistes mais sans succès. Et Comme ils avaient entendu parler du jeune Abelaziz, ils l’essayèrent. Le résultat était satisfaisant, et c’est ainsi qu’il intégra cette nouvelle troupe qui a tellement (re)fait parler d’elle qu’en 1982, une maison de disque leur proposa l’enregistrement de quelques chansons de feu Salah Smaili : Le succès fût immense.

Et c’est en 1985, qu’Abdelaziz décida de créer sa propre troupe, qui était composée à l’époque entre autres de :

    -Mils Mustapha
    -Al Houcine Ben Al Wafa

Il est à noter qu’en 1983, Abdelaziz enregistra une cassette qui a connu beaucoup de succès ‘‘Al Mouima Essabra Dima’’ ; qui a été repris par la suite par ; ni plus ni moins ; que Cheb Khaled.  
Ensuite, vinrent plusieurs cassettes et chansons dont la sulfureuse ‘‘Wa baeed Al Zinne’’.
Le grand succès arriva en 1986 et surtout en 1987 avec 2 cassettes :

-Moulate Laayoune Lakbare, Zinette Attabssima, Ache        Semmak Allah
-Moulay  Ettahar

Désormais, il était connu sous le nom de Stati